Agraw.Tk :: Portail De La Diaspora Amazigh

Defendre la cause amazigh et les droits du peuple berbere Autochton du nord afrique ... Tudert i Tmazight
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MBARK AMMOURI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thagrawla
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/05/2005

MessageSujet: MBARK AMMOURI   Dim 26 Juin - 13:14



Ammouri Mbark, considéré comme le rénovateur de la chanson amazighe (berbère) marocaine, est né en 1951 à Irguiten, un petit village situé au pied du Haut Atlas, à proximité de Taroudant. Berger, il chantonne déjà, en faisant paître le troupeau familial sur les crêtes et les champs avoisinants. À l'âge de huit ans, le décès brutal de ses parents le contraint à quitter son village et le mène à l'orphelinat de Taroudant. Il y poursuit des études en français et en arabe qui lui font perdre l'usage de sa langue maternelle. Il rencontre au lycée des jeunes assoiffés de musique et imprégnés des influences des groupes musicaux anglo-saxons. Ils forment vers 1969 un petit groupe, les birds, et chantent en français. À la fin des années soixante, il quitte Taroudant pour travailler à Agadir. À cette époque, le groupe arabophone Nass Al Ghiwane impose son rythme et influence considérablement le développement de groupes de musique dite populaire. Ammouri Mbark rejoint des amis à Tiznit. Ils forment un nouveau groupe, The Souss Five, et chantent en arabe. Mais le hasard des rencontres réconcilie Ammouri Mbark avec les chants hérités de ses pâturages d'enfance. Lors d'une fête privée, il rencontre un responsable de l'Amrec (l'Association marocaine de recherche et d'échanges culturels, une association culturelle amazighe). Celui-ci l'invite à venir à Rabat pour contribuer à une expérience de renouvellement de la musique amazighe, initiée par des adhérents de l'Amrec. Le groupe qui portera le nom Ousman (Éclairs) est né. Après cinq années de succès qui le mènent sur les scènes européennes (Olympia de Paris, Palais des Beaux-Arts à Bruxelles et Palais d'hiver à Lyon), Ousman se dissout en 1978. Ammouri Mbark, le soliste vocal d'Ousman et son mélodiste, poursuit une carrière en solo et enregistre rapidement sa première cassette : Tazwit nera nek dim a nmun (Abeille, je veux être ton compagnon de chemin) dont les paroles sont du poète Mohamed Moustaoui. Tout au long de son itinéraire musical, Ammouri Mbark ne cesse d'innover et d'explorer des rythmes traditionnels et modernes. Il interprète les textes des grands poètes contemporains amazighs: Azayko, Moustaoui, Akhiyyat… Dans les thèmes récurrents chantés par Ammouri Mbark, on trouve l'identité amazighe, l'amour, l'errance et l'exil. Lors du premier Festival de la chanson moderne marocaine tenu en 1985 à Mohammédia, il décroche le 3e prix en interprétant un poème de Ali Azayko "Gennevilliers". Son répertoire comporte dix cassettes audio, sans oublier les deux enregistrées avec le groupe Ousman. Sa dernière cassette a été enregistrée en collaboration avec Ali Chouhad, l'érudit chanteur poète du groupe Archach.


Ammuri Mbark, considered as the renovator of the Moroccan Amazigh (Berber) Music, was born in 1951 in Irguiten, a small village located at the bottom of the High Atlas near Tarudan. A shepherd, he was already singing, while letting the herd graze in the neighboring fields. At the age of eight, the sudden death of his parents lead him to the orphanage of Tarudant where he continued his studies. Formed in French and Arabic, he lost the usage of his mother tongue. He met in the college some students fascinated by western music. In 1969, they formed a small group, "The Birds", and sung in French. At the end of the Sixties, he left Tarudant to work in Agadir. Meanwhile, the Arabic-speaking group Nass Al Ghiwane imposed his rhythm and influenced considerably the development of popular music groups. Ammuri Mbark joined some friends in Tiznit where they formed a new group, The "Souss Five", and sung in Arabic. But the fate reconciled Ammuri Mbark with the songs from his childhood. In a private party, he met a person of the AMREC (the Moroccan Association of Research and Cultural Exchanges, a cultural Amazigh association) who invited him to Rabat to contribute to an experiment of renewal of the Berber music initiated by AMREC members: The group which will bear the name "Usman" (Lightning) was born. After five years of successes which lead the group on the European stages (the Olympia in Paris, the Palais des Beaux-Arts in Brussels and the Palais d’hiver in Lyon), Usman broke up in 1978. Ammuri Mbark, the vocal soloist of Usman and its melodist, continued a career in solo and recorded his first cassette: Tazwit nera nek dim a nmun (Bee, I want to be your companion) of the poetry by Muhamed Mustawi. Throughout his musical itinerary, Ammouri Mbark did not cease innovating and exploring traditional and modern rhythms. He interpreted the texts of the large number of contemporary Amazighs poets: Azayku, Mustawi, Akhiyyat... In the recurring topics sung by Ammuri Mbark, one finds the Amazigh identity, the love, the wandering and the exile. At the first Festival of the Modern Moroccan Song held in 1985 in Mohammedia, he won the 3rd price by interpreting a poem of Ali Azayku "Gennevilliers". His repertory includes ten audio cassettes, without forgetting two recorded with Usman. His last cassette was recorded in collaboration with Ali Shuhad, the singer poet of the Arshash group.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://WWW.AMAZIGH.FORUMACTIF.COM
 
MBARK AMMOURI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agraw.Tk :: Portail De La Diaspora Amazigh :: Azawan - Musique - Music-
Sauter vers: